Chapelle Marotte

chapellesandeco_marotteLocalisation : ROUBAIX, Rue du Vieil Abreuvoir

Date : XVIIIème siècle

Vocable : Notre-Dame des 7 douleurs

Fête : 15 septembre

Etat : Assez bon

Parrainage : M. Sanchez

 

Historique :

Cette chapelle est la plus connue, la plus ancienne et la plus centrale des chapelles roubaisiennes. Elle date du XVIIIe siècle comme nous pouvons le voir grâce à son architecture de style Directoire. Elle est encastrée dans une des plus anciennes maisons de la ville.

La chapelle doit son nom et son origine à ce qu’on pourrait appeler un fait divers, mais dont les circonstances nous font penser à un véritable miracle.

C’est l’histoire d’une petite fille qui jouait auprès de la ferme familiale construite en face d’un abreuvoir. Un jour, elle laissa malencontreusement tombée sa poupée, sa « marotte » dans l’abreuvoir et, voulant la récupérer, glissa dans l’eau. La petite fille fut retirée de l’eau peu de temps après à demi asphyxiée. Sa mère, pleine de désespoir, eut en dernier recours une pensée à la Sainte Vierge, Notre Dame des Sept Douleurs et lui fit un vœu, si l’enfant revenait à la vie, de lui bâtir une chapelle près de l’abreuvoir.

La mère fut exaucée et la chapelle fut érigée peu de temps après près de l’endroit où la fillette avait failli se noyer. La Madone de cette petite chapelle devint l’objet de la dévotion populaire et chaque année, elle figurait comme reposoir pour les processions de la paroisse  Saint Martin.

Plus tard, ce coin de campagne devint ville, la ferme et l’abreuvoir disparurent, mais défiant le temps et les transformations successives du bourg, la petite chapelle est demeurée comme témoin de l’accomplissement d’un vœu et d’un miracle d’un autre âge.

Par la suite, la Chapelle « Marotte » s’est muée en monument réservé à la charité : un tronc recueillait les oboles, aussi modestes soient-elles, destinées aux Petites Sœurs des Pauvres qui se chargeaient de son entretien.