Chapelle Saint-Liévin

chapellesandco_stlievinLocalisation : WATTRELOS, Rue Jean Lebas

Dates : 1440, 1944

Vocable : Saint-Liévin

Fête : 12 novembre

Etat : Bon

Parrainage : M. Sanchez

 

Historique :

La chapelle Saint Liévin se trouvait au carrefour du même nom, au débouché de la rue Vallon et de la rue Jean Lebas.  Elle datait du XVe siècle et était surnommée par la population Notre Dame des Fraudeurs, car elle servait notamment de « cache » au moment des visites des douaniers.

Elle était précédée d’un parterre de briques en forme de cœur, qui représentait les armes de son fondateur, le seigneur du fief wattrelosien de la « Bourde », Liévin de la Capelle.

chapellesandco_stlievin_interieur

La Chapelle que nous pouvons admirer actuellement fut construite en 1944. De la chapelle d’origine nous ne conservons que le Christ qui se trouvait sur le fronton de l’ancien édifice et qui se trouve à présent au-dessus de l’autel.

La statue d’origine de Saint Liévin datant du XVIe siècle est encore conservée au Musée des Arts et des Traditions Populaires.

Dans les « Récits et contes populaires des Flandres » rassemblés par Fernand Carton se trouvent quelques lignes à propos de la chapelle Saint Liévin :

« Vers la Belgique, il y a la chapelle Saint Liévin. Vous savez pourquoi on appelle Saint Liévin « El petit bleuseux » ? Un bleuseux, c’est un petit garçon  qui fait des bêtises et qui n’ose pas le dire, qui raconte des « bleuses » pour les cacher. Et bien, tous les ans une procession en l’honneur de Saint Liévin faisait le tour de la « Broque de fer », un hameau juste sur la frontière, non loin de là.

Et beaucoup d’hommes et de femmes suivaient la procession, chantaient les cantiques, mais une fois à la « Broque de fer », ils se débarrassaient de leur « toubaque ». Cela avait pris de telles proportions qu’une année les douaniers ont décidés d’arrêter la procession en l’honneur de Saint Liévin pour fouiller tout le monde ! Ils n’ont à peu rien trouvé. Pourtant ce jour là, il y avait encore eu du tabac qui avait réussi à passer la frontière. En effet, les personnes du quartier avaient été mises au courant de l’intention des douaniers et les porteurs de la statue avec donc cachés le tabac sous le socle creux de Saint Liévin. Un « bleuseux » comme nous autres.

Plus sérieusement,  on peut se demander ce que cet évêque irlandais du VIIe siècle  était venu faire à Wattrelos. Après être venu évangélisé une partie de la Morinie -partie de la Belgique actuelle-, il vient évangéliser les Flandres on peut penser qu’il passa par Wattrelos.